Le Kunqu, le monde des rêves chinois

Proclamé patrimoine mondial culturel en 2001 par l’UNESCO, le Kunqu, né il y a six siècles dans la région de Jiangnan, fut une célèbre forme d’opéra classique chinois, inégalée du XIIIe au XIXe siècle. Il se différencie de l’opéra de Pékin, qui le supplantera au XIXe siécle, par l’élégance et la sophistication de son style si apprécié de l’aristocratie et des lettrés.

Le Pavillon aux pivoines, chef-d’œuvre Kunqu narrant les amours de Du Liniang et Liu Mengmei, est une immense épopée (55 actes) composée en 1598 par le poète Tang Xianzu.

Ce spectacle à Paris est une première européenne, et pour cette occasion, Tamasaburo Bando a choisi un programme spécial de trois actes et six tableaux : Promenade – Rêve – Portrait – Mort – Souvenir – Renaissance, tournés vers le modèle de l’amour parfait.

Tamasaburo Bando a entrepris une approche expressément chinoise pour ce spectacle qu’il a produit et réalisé en 2008 à Pékin, puis les années suivantes à Suzhou, Shanghai, Hong Kong et Tokyo, partout loué unanimement par la critique. Star adulée, Bandô Tamasaburô a accédé, le 20 juillet 2012, au titre rare de « Trésor national vivant », désignation offerte à une personne que le gouvernement a choisie comme exemple éminent de la tradition culturelle japonaise.

Publicités
Cet article a été publié dans C'est lié aux contes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s